Maître Stéphanie Berland,
Avocat qualifié en droit du travail et des relations professionnelles

Le droit du travail est en perpétuelle évolution et il est nécessaire de prendre l’avis ou les conseils d’un spécialiste afin d’envisager toute démarche.

Maître Stéphanie BERLAND vous conseille, vous assiste et assure la défense de vos intérêts dans le cadre de tous les litiges qui opposent un employeur à un salarié.

Maître Stéphanie BERLAND peut ainsi vous aider à résoudre vos litiges en droit du travail, notamment à la suite d’un avertissement, d’une mise à pied, ou à négocier et rédiger une transaction, ou une rupture conventionnelle du contrat de travail.

Maître Stéphanie BERLAND vous aide également à calculer vos droits précis, en reconstituant notamment les salaires que vous auriez dû percevoir en cas d’heures supplémentaires non rémunérées.

Même si les règles de procédure ne vous obligent pas à vous faire assister, la présence d’un Avocat est indispensable.

En effet, le Conseil de Prud’hommes se saisit par voie de requête laquelle doit être motivée en faits et en droit au risque d’être déclarée irrecevable.

Les dernières évolutions en la matière, notamment les Ordonnances du 22 septembre 2017, dite Loi Macron, ont considérablement influé sur le droit du travail notamment en termes d’indemnisation du préjudice lié à la rupture du contrat de travail.

Il est donc impératif d’être conseillé avec rigueur sur vos droits et les actions que vous pouvez mener.

Exemples de décisions obtenues par Maître Stéphanie Berland

* Décision du Conseil de prud’hommes de Bordeaux confirmée par la Cour d’Appel de Bordeaux relative à un licenciement prononcé pour faute grave (vol) d’une salariée ayant 19 ans d’ancienneté.

« Condamne la Société X à payer à Madame Y les sommes suivantes :
2.782,94 € à titre de rappel de salaire sur mise à pied conservatoire ;
13.428,75 € à titre d’indemnité légale de licenciement ;
8.348,82 € à titre d’indemnité compensatrice de préavis ;
834,89 € à titre de congés payés sur préavis ;
50.000 € à titre de dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse sur le fondement de l’article L.1235-3 du Code du Travail ;
800 € à titre d’indemnité sur le fondement des dispositions de l’article 700 du Code de Procédure Civile. »